Veronika Smutná - organisatrice d'événements

publié le 8 juin 2016 à 13:46 par Redakce CSMPF
Cette semaine, pour la section
"Interviews avec les membres", notre organisatrice Veronika Smutná a raconté la vie en France.
Née en 1987 à Olomouc. Elle a terminé ses études de la Biologie moléculaire et cellulaire à l'Université Palackého à Olomouci, après avoir passé huit ans au lycée Slovanské gymnázium Olomouc. Elle a vécu en Moravie jusqu'à ses 24 ans. À partir de 2011 elle travaille dans le centre des recherches de Gustave Roussy. Actuellement elle est en train d'achever le mémoire sur le développement de nouvelles possibilités thérapeutiques dans le domaine du cancer du sein. Elle est membre de l'association à partir de 2013 et elle contribue à l'organisation des événements à partir de 2015. Veronika a coorganisé la Fête de Pâques tchèque 2015, la soirée d'information Comment vivre et étudier en France 2016 et le tournage d'un clip pour Zdeňek Svěrák pour son 80e anniversaire en 2016.

Commençons par tes passe-temps : quels sont ils ? 

Durant mes études déjà, quand j'avais de l'argent, j'en investissait en voyages, alors je peux dire que ma plus grande passion est de voyager. Par contre, il n'y avait jamais une situation idéale pour voyager : pendant mes études j'avais beaucoup de temps mais peu d'argent ; quand j'ai commencé à travailler, j'ai eu plus d'argent, mais moins de congé ; et maintenant, en fin de mon Doctorat, je n'ai ni l'un, ni l'autre.

Pourtant j'essaie de voyager au moins une fois par an. J'ai adoré le choix de mes meilleures destinations débutant par „I” : en Inde, Istanbul, Irlande et en Islande. Cette année, je pourrai peut-être citer même l'Indonésie. Mais il y a tellement d'endroits à découvrir ! L'expérience globale de mes voyages ne dépend cependant pas seulement de la destination choisie, mais aussi de la compagnie des voyageurs. Je profite d'autant plus quand ces covoyageurs autour de moi sont agréables, ce qui est le cas ! Et voilà donc mon deuxième passe-temps préféré, qui est de voir les amis. Je passe beaucoup de temps avec eux autour d'un repas ou d'une bouteille de vin.

VERONIKA SMUTNÁ (29)

  • née en 1987 à Olomouc
  • étudiée Biologie moléculaire et cellulaire à l'Université Palackého à Olomouc
  • doctorante à Gustave Roussy Cancer Campus
  • membre de l'association depuis 3 ans
  • coorganisé "La soirée d'information" et "Les Pâques tchèque"
Est-ce que c'est alors ta passion pour les voyages qui te conduit en France ? 

Disons que oui. A la fin de mes études j'ai su d'une possibilité des stages à l'étranger. J'ai postulé en me disant que ça peut être une bonne expérience d'essayer de travailler dans un pays étranger. J'ai choisi la France par hasard. Je suis venue en 2011 sans aucune maîtrise de la langue française - normalement seulement pour ce stage de six mois dans le cadre du programme Erasmus. Mais dans le laboratoire où je travaillais on m'a proposé de continuer mon stage sous forme du doctorat et j'ai accepté - voilà que ça fait aujourd'hui cinq ans de séjour.

Quelles sont les raisons pour lesquelles tu as rejoint l'association EJPTF ? 

Au début c'était le besoin de rencontrer les gens parlant tchèque dans la période où le jazz club du Centre tchèque, le seul endroit où je pourrais rencontrer mes compatriotes, était fermé en raison des reconstructions. Grâce aux événements de l'association, j'ai rencontré plein de jeunes personnes intéressantes, fait des liens d'amitié et participé à la vie culturelle tchèque à Paris.

Comment tu pourrais décrire l'activité de l'association ? Comment y participes-tu ? 

L'association m'offre exactement ce que je manquais avant : l'occasion pour les jeunes de se rencontrer autour d'un verre et d'essayer s'organiser les évènements. Également, c'est l'opportunité de pouvoir faire partie des débats et rencontres intéressants. A côté de cela je trouve un autre point important de l'association : la source d'informations pour les Tchèques venus récemment en France pour les aider s'orienter dans l'administration française infinie. Je me rappelle très bien comment c'était difficile au début. Je suis contente de pouvoir ainsi les aider, que ce soit par le fait s'organiser ces soirées d'information ou simplement en leur donnant des conseils.

En tant que membre je fais partie de l'association depuis trois ans, mais ce n'est que maintenant que je prends l'engagement s'organiser des événements, comme par exemple la Fête de Pâques à la tchèque en 2015 ou la soirée d'informations pour les étudiants en Erasmus en 2016. J'ai organisé le tournage d'un clip pour le quatre-vingtième anniversaire de Zdeněk Svěrák.

Pourrais-tu mettre en valeur quelques remarques personnelles de ta vie en France par rapport à celle en République tchèque ? 

Il est difficile de comparer cela au coût seulement de quelques années à Paris ; pour moi, les Français savent mieux profiter de petites joies de tous les jours, comme l'est par exemple un bon dîner avec des amis. Ils voyagent beaucoup à travers leur pays et en sont fiers. Ceci va avec leur enfermement vis-à-vis les autres pays ; les jeunes Tchèques voyagent et découvrent les cultures étrangères plus qu'eux, cependant ils ne connaissent que peu la leur. Les Français ont souvent du mal avec les langues... Mais je ne peux pas généraliser et ceci sont juste mes expériences de mes environs.

Parmi d'autres différences je conçois l'importance de la forme au détriment de l'essence d'un renseignement. Les Français adorent les rencontres mais les discussions longues ne mènent souvent à rien. Dans ce sens, on est plus direct en République tchèque ; cependant on tend plus parfois à faire des choses peu correctement.

J'espère ne pas avoir énervé personne - il ne s'agit que de mes expériences et impressions personnelles.

Elle est où ta « maison » ? Tu rentres souvent en République tchèque ? Tu restes en contact avec les Tchèques ?

La vie dans les deux pays à ses points forts et faibles, mais même si ma maison est momentanément en France, je me sens Tchèque. C'est pour cela que je passe pas mal de temps avec mes potes tchèques vivant à Paris autour d'un verre après le travail ou durant les voyages.

J'aime retourner en République tchèque. A chaque fois j'ai hâte de voir ma famille qui me soutenait durant des périodes difficiles de mon doctorat, ainsi que mes amis, la tranquillité et le confort de ma région natale de Haná.

On connaît plein de clichés sur les Français. Comment en évaluerait-tu la vérité ? 

Il faut distinguer entre les Français et les Parisiens. On dit que les Français sont arrogants, ce qui vaut pour les voyageurs dans le métro parisien, certains serveurs et beaucoup de fonctionnaires, mais je trouve que ce cliché n'est valable que sur Paris. Puis, il y a des clichés sur un Français typique avec une baguette sous le bras, un verre de vin dans une main et une cigarette dans l'autre - ceci vaut probablement pour toute partie de la France.

Ça fait déjà quelques temps que tu es en France et tu as mentionné ton affection pour les voyages - cela veut dire que tu connais certainement plein d'endroits intéressants à voir !

Comme une vraie Parisienne je n'ai jamais parcouru Paris à pied, à part quelques lieux touristiques que je montre aux amis. Mes endroits préférés sont plutôt liées aux gens agréables qu'avec une localité précise. En été, j'aime bien me poser sur les quais de la Seine ou aux bords du canal Saint-Martin, ainsi que sur les Champ-de-Mars, pour un pique-nique. En hiver, ce sont les rencontres dans des bistrots et les visites du marché de Noël qui dominent, même si rien ne peut être aussi bien que le vin chaud d'Olomouc à Noël.

En ce qui concerne le tourisme en France, le littoral français est, pour moi en tant qu'amateur des fruits de mer, le choix naturel. Je recommande la Normandie, la Bretagne la Côte d'Azur et le Pays basque. Les régions viticoles et les châteaux me passionnent également, mais il y en a beaucoup qui me restent à découvrir. Pourvu que j'aie autant de temps pour visiter chaque bout de la France, goûter tous les fromages, tous les vins,...


Lisez aussi les autres interviews de notre nouvelle section "Interviews avec les membres" !

Si vous avez des suggestions pour de nouveaux articles ou si vous souhaitez devenir membres de l'association, s'il vous plaît nous contacter à csmpf@csmpf.com!


*Les articles expriment les opinions personnelles des membres et ne représentent pas nécessairement l'opinion de l'association.

Texte: Ales Bartos / Photos: Veronika Smutná / Correction: Kristýna Anderlová
Comments