Clube dos democraticos 1/4/2016

publié le 31 mars 2016 à 07:56 par Redakce CSMPF
https://sites.google.com/a/csmpf.com/fr/evenements/invitations/venezecouterdubonnemusiqueauparis-praguejazzclub/paris-prague-jazz-club-programme/_draft_post/260X260__11742727_1135010173194786_2349955460534031343_n.jpg
Venez écouter Clube dos democraticos au Paris-Prague Jazz club vendredi le 1er avril 2016

Hélène Argo, chant
Ben Brion, chant, guitare
Thomas Cœuriot, mandoline
Antoine Dijol, cavaquinho
Pedro Barrios, cavaquinho
Gilles Wolff, saxophone
Julien Favier, pandeiro
James Müller, percussions
Antoine Arroyo, surdo

Trois amis musiciens parisiens découvrent le quartier de Lapa, berceau historique de la samba et du choro dans la capitale carioca. Ils se retrouvent au Clube dos Democráticos un soir puis deux, puis trois et ce jusqu’à leur départ, comme aimantés... Ils tombent sous le charme de cette institution fondée en 1867, haut lieu de la danse où sont interprétées les perles de la musique traditionnelle brésilienne. Ceux qui connaissent cette adresse mythique de Rio de Janeiro comprendront comment tout a commencé, là-bas...
De retour en France, ils transmettent le virus au reste de leur bande. Amis de longue date, tous ont appris la musique ensemble et accompagnent déjà depuis des années des artistes sur scène ou en studio.
Ils montent un répertoire de samba-canção, choro, MPB et embrasent les clubs de la région parisienne, souvent dans la formule typiquement brésilienne de roda (jouant assis autour d’une table).
Le Clube rend hommage aux grands de la samba et de la musique populaire brésilienne : Chico Buarque, Tom Jobim, Cartola, Paulinho da Viola, Vinicius de Moraes, Caetano Veloso, Baden Powell, Djavan, Teresa Cristina, Casuarina… Mais le Clube saura aussi vous surprendre avec ses compositions inédites.


15 ans du Paris-Prague Jazz Club ! Pour marquer le coup, tarif 5€ et 3€!
Ouverture du club à 19h. Nouveau : La musique commence dès 20h.


Information sur club - Venez écouter du bonne musique au Paris-Prague Jazz Club

Texte: Centre tchèque, Jana Sergio / Photos: Centre tchèque
Comments